Co-fondateur et soutien fraternel : Valentin Fourdraine

 

10380081_719190744806606_1135379723276550785_o

Monteur vidéo et responsable logistique.

Valentin est le frère d’Arthur. Attiré depuis toujours par le monde marin, c’est en s’engageant dans la Marine Nationale en 2010 que le monde s’ouvre à lui : mer Noire, Géorgie, patrouilles entre les Seychelles et Madagascar, découverte des Caraïbes. Tout autant passionné de voyages, les mers du monde n’ont plus de secrets pour lui. Il s’accorde volontiers du temps pour plonger, pratiquer la pêche et la chasse sous-marine, un univers qui n’a plus de secrets pour lui.

Lorsqu’il n’est pas entrain de naviguer ou de barboter, Valentin est aussi amateur de sport en extérieur : du rugby à la randonnée, il est toujours prêt à changer de chaussures quand l’aventure l’appelle. Avec son frère, ils ont pratiqué de la luge sur un volcan actif au Nicaragua. Ils partagent les mêmes valeurs qui définissent le voyage : observer, apprendre, respecter. Ses prochaines destinations ? Il souhaite découvrir l’ex bloc soviétique, et les vestiges de la Guerre Froide, terreau des tensions actuelles.

Quant au projet de son frère, Valentin estime que c’est de la folie, un projet si gargantuesque qu’il n’imagine personne d’autre que son frère pour réussir. Inspiré de Mike Horn et des nouveaux explorateurs, Valentin le soutient dans l’espoir de le voir percer en tant qu’aventurier et d’inspirer, à son tour, de nouvelles âmes attirées par l’inconnu. Le concept de son frère est novateur : montrer la vraie vie, loin des selfies sur fond de sable blanc à boire des noix de coco ! L’idée est de montrer que les populations locales ne vivent pas ainsi, qu’elles sont confrontées à des difficultés qui sont tues, invisibles pour l’opinion.

Durant certaines escales, Valentin a été choqué de l’état de sites réputés magnifiques : récifs coralliens morts et littoraux-poubelles, rivières chimiques et points d’eau asséchés, vallées déforestées et sommets sans neige. Un dégoût qu’il peine à masquer tant la signature de l’Homme est lourde et le tableau écœurant : vagues de déchets, écosystème quasi inexistant, des champs de plastique à perte de vue…

Pour lui, soutenir son frère c’est aussi prévenir un futur acerbe et appeler à réagir maintenant, réfléchir à son impact écologique et en prendre conscience. Il s’est donc engagé sur son temps libre, à épauler son frère en tant que soutien logistique et dans la médiatisation de Mission Mékong, dans l’espoir de transmettre ce message : l’Homme et la nature sont complémentaires, et aujourd’hui ce magnifique équilibre est menacé.